Canicule!

Une importante et persistante vague de chaleur semble s’être abattue sur la France. Comment? 37°C à Tours, 38°C à Paris? Effectivement, ce sont des niveaux rarement atteints dans les climats tempérés. Si ça peut vous rafraîchir un peu, ici on dépasse allègrement les 40°C tous les jours. Et ce n’est pas juste une vague de chaleur. La minimale demain? 29°C à 6 heures du matin. Et 44°C à 17h… à l’ombre. Autant vous dire qu’on ne reste pas trop longtemps au soleil. Il est 23h et il fait toujours 33°C.

Difficile de dormir dans ces conditions. Les systèmes de rafraîchissement les plus courants (et dont est dotée notre maison) est à base de carton fort ou de paille mouillée. On fait passer un fort courant d’air à travers ce dispositif pour obtenir ainsi une sensation de fraîcheur due en fait à l’humidité. Mais si l’air entrant est trop chaud, la sensation de fraîcheur n’est guère satisfaisante…

C’était donc la guerre ce soir pour faire dormir tout le petit monde, d’autant que la tétine d’Antoine était introuvable. On a bien des tétines de rechange, mais Monsieur a ses standards et refuse les Ersatz. Bref, après des passages de lits en lits et de chambres en chambres, Chloé a fini par s’endormir, mais pas les deux autres. Il était 22h30 quand je me retrouve allongé sur le canapé du salon avec les deux compères, bien décidés à ne pas dormir. J’arrive un bref instant à les calmer, mais bientôt Antoine se remet à pleurer. J’essaie pour la énième fois de lui expliquer qu’on ne retrouve pas sa tétine et qu’on la cherchera demain quand Frida se lève d’un coup. Prêt à m’énerver si elle voulait à nouveau changer de couchage, je barre la route de l’escalier. Mais elle se dirige vers la cuisine.

– Qu’est-ce que tu fais Frida?
– Je vais chercher la tétine d’Antoine!
Évidemment Antoine et moi accourrons à la cuisine. J’allume la lumière. Frida a ouvert la poubelle.
Je répète ma question d’un ton incrédule :
– Qu’est-ce que tu fais Frida?
– Je vais chercher la tétine d’Antoine dans la poubelle!
Là je me dis: « C’est pas possible! » Mais une autre petite voix, celle de l’expérience des 3 dernières années, me susurre : « Si, bien sûr, c’est complètement possible! »
Et je sors donc un nouveau sac et commence à vider la poubelle à la main, morceau par morceau. Je vous passe les détails (et non, je n’ai pas pris de photo). Je commence à me dire qu’effectivement, c’était idiot quand finalement apparaît la fameuse tétine!
Mais quelle mouche a bien pu piquer Frida ce matin? Jalousie? Jeu? Défi? Vengeance?
En tous cas, heureusement qu’elle a finit par dévoiler sa cachette avant le passage des éboueurs!…

Voilà, il est 00h30, la température se maintient à 33°C… Deux petites remarques avant d’aller se coucher :

  1. Lorsque j’insère une photo dans un article, elle s’affiche en miniature pour accélérer le chargement et ne pas gêner la lecture. Mais vous pouvez cliquer dessus pour la visualiser à la taille originale.
  2. Pourquoi je vous dis ça maintenant? Il y a 3 photos « cachées » dans cet article. Pour les voir, il vous faut avoir un compte sur le site et être connecté… Dîtes-moi si ça marche!
Share

Les éponges à mots

Avant de commencer, une petite astuce pour pouvoir commenter plus facilement : sur la partie droite du blog (ou tout en bas sur les plus petits écrans), il y a une nouvelle section appelée « Suivez mon blog! ». Vous avez là la possibilité de vous inscrire ou de vous connecter si vous l’êtes déjà. L’avantage, c’est que vous pourrez plus facilement laisser ensuite un commentaire et ce dernier sera publié immédiatement (sauf la première fois). En plus, vous pourrez choisir une jolie image à faire apparaître à côté de votre pseudo. Vous n’avez plus d’excuse pour ne pas me laisser un petit message!

Mais venons-en au sujet de cet article : on me demande souvent « Est-ce que les enfants parlent déjà Espagnol? » ou « Est-ce qu’ils parlent encore Français? ». C’est semble-t-il une véritable inquiétude (curiosité) pour tout le monde. Et bien la réponse est oui, deux fois. Ils sont très impressionnants il faut le reconnaître. En même temps, ce sont mes enfants 😎 Ils commencent même à comprendre que papa parle Français et maman parle Espagnol. L’autre jour, Chloé est venue me poser une question, en Français. Je lui ai répondu que je ne savais pas et qu’elle devrait demander à Maman. Elle est donc allé voir maman et lui a posé la même question… en Espagnol!

En fait c’est tout naturel pour eux.
L’Espagnol commence clairement à prendre le dessus, mais finalement le fait d’être 3 les aide à pratiquer : ils ne parlent pas Français qu’avec moi, ils parlent aussi Français entre eux et s’ils ne vont pas apprendre de nouveaux mots, au moins ils n’oublient pas ceux qu’ils connaissent.

Bon, les éponges à mots qu’ils sont vont aussi restituer les choses un peu dans le désordre : très souvent, une belle phrase en Français contient un mot en Espagnol et vice-versa. C’est normal, les choses se mettront en place avec le temps. En tous cas ça ne les perturbe pas qu’on leur parle dans une langue ou dans l’autre, ils comprennent tout de suite et répondent généralement dans la langue de la question.

Dans ce domaine aussi, on constate qu’à développement global identique, chacun a ses petites particularités. Par exemple Chloé racle ses ‘r’ même en Espagnol, elle a un accent presque aussi fort que son papa. D’ailleurs quand elle parle Français, elle a encore l’accent Occitan assez marqué (et sa couleur favorite étant le rose, ça se vérifie souvent…).
De toutes façons à cet âge-là, ils ne manquent pas d’invention pour se faire comprendre (et c’est souvent ce manque d’imagination qui nous pénalise quand on apprend une langue à l’âge adulte). Par exemple pour Antoine « casque pompier Ouah ouah » désigne la Pat’Patrouille dont il est fan. Je vous laisse l’image pour ceux qui ne connaissent pas. C’est bien décrit, non?

Et Frida sait bien faire des bêtises, mais seulement en Espagnol. Si elle a disparu depuis un moment et que vous vous doutez qu’il se trame quelque chose, vous pouvez demander « Qu’est-ce que tu fais Frida? » La réponse de l’intéressée sera généralement : « Vaguencias » (des bêtises). Au moins, elle est honnête…

Share