En vrac…

Bon, vous aurez compris, l’inspiration est encore dans un creux… Et comme en plus le temps manque…
Oui parce qu’on a à nouveau déménagé. Notre ancien propriétaire à tout d’un coup décidé que finalement il voulait vendre la maison. Donc voilà, un an après, c’est reparti pour les cartons! Certes on ne s’est déplacé que de 4 km, mais démonter les meubles, faire les cartons… C’est presque pareil pour 4 km ou pour 9 000 km ! Bon c’est vrai qu’on peut se permettre de ne pas fermer tous les cartons ou d’emporter certaines affaires en vrac dans des sacs. Et puis il faut transférer tous les contrats, refaire sa prise d’alimentation à Titine, changer de fournisseur internet parce que l’ancien ne trouve pas le signal dans la nouvelle maison, etc… Mais voilà, on y est, c’est notre nouveau chez nous :

2 garages et une porte

Vous remarquerez Titine à côté de sa prise d’alimentation à droite.

À part ça c’est le printemps et même si on est dans le désert, c’est la saison des fleurs ! L’usine où je travaille a planté plein de cactus et de plantes du désert, ce qui fait que l’entrée est inhabituellement colorée :

Il y en a des oranges…
Des roses… (dommage que je n’aie pas vu le papier gras avant de prendre la photo)

…Des jaunes…
… De toutes les couleurs!

Cette dernière est toute l’année une espèce de grosse ronce rigide et grise avec 2-3 feuilles vertes rabougries de temps en temps. Sauf pendant une semaine où elle fait ces magnifiques fleurs rouges. Qui l’eût cru en la voyant le reste du temps?

Allez, sur ces considérations botanico-philosophiques, je vous salue bien bas et, promis, je commence déjà à penser au prochain sujet…

Share

De Paso del Norte a Ciudad Juárez

J’espérais dans mon dernier billet piquer votre curiosité et recevoir quelques commentaires sur les origines du nom de Ciudad Juárez. Il n’en a rien été, tant pis pour moi. Mais vous savez quoi? Je vais vous l’expliquer quand même!

Petit rappel historique: le 28 septembre 1821, le Mexique déclare son indépendance de l’Espagne (laquelle ne la reconnaîtra que 15 ans plus tard). Déjà les Français ne sont pas innocents : c’est après l’invasion de l’Espagne par la France en 1808 et l’abdication forcée du roi d’Espagne que les mouvements contestataires prennent de l’importance. Le célèbre cri du curé Miguel Hidalgo, lancé le 16 septembre 1810 (aujourd’hui fête nationale du Mexique), n’est pas comme tout le monde le pense -Mexicains compris- une exhortation à l’indépendance, mais bien un rejet du « mauvais gouvernement » de Joseph Bonaparte, frère de Napoléon Premier et roi d’Espagne imposé.

Miguel Gregorio Antonio Ignacio Hidalgo y Costilla y Gallaga Mondarte Villaseñor (On rigolait pas avec l’état civil à l’époque)

Mais si l’influence française était alors indirecte, il en est tout autre 50 ans plus tard quand Napoléon -l’autre, le troisième- décide de déclarer la guerre au Mexique. L’objectif est double : obtenir le paiement de la dette colossale du Mexique envers différents pays européens (et c’est pour cette raison que c’est en fait une coalition franco-anglo-espagnole qui attaque) et mettre à la tête du Mexique un empereur Européen pour « faciliter » les relations avec le vieux continents et créer un contre-pouvoir aux États-Unis protestants (qui venaient de prendre près de la moitié de son territoire au Mexique).

En couleur : le Mexique après l’indépendance. La ligne noire est la nouvelle frontière après 1856. Notez la mention de Paso del Norte sur la nouvelle frontière (Auteur : Yavidaxiu)

Les 3 alliés débarquent donc début janvier 1862 à Veracruz. Des négociations ont lieu et dès avril, Anglais et Espagnols se retirent. Mais pas les Français. Ils veulent prendre Puebla, au sud de Mexico, mais sont repoussés par l’armée mexicaine pourtant inférieure en nombre le 5 mai 1862 (Cette date est aujourd’hui peut-être la fête mexicaine la plus célébrée dans le monde. Le « cinco de mayo » est aux États-Unis une occasion de manger du guacamole et boire de la bière mexicaine, bien plus qu’au Mexique lui-même. D’ailleurs Trump, l’année dernière… Non, ce n’est pas le sujet, je m’égare…). La France envoie alors des renforts et un an plus tard, la ville finit par tomber. La route vers Mexico est alors ouverte. En juillet 1863, L’archiduc d’Autriche Maximilien de Habsbourg se voit offrir la couronne impériale du Mexique.

Maximilien 1er du Mexique (Quelle barbe !)

Qu’en est-il du gouvernement mexicain pendant tout ce temps? Depuis 1857, c’est Benito Juárez qui gouverne le pays. Singulière trajectoire que celle de cet indigène Zapotèque, né dans les montagnes du Nord de l’état de Oaxaca, orphelin à 3 ans, et décidant à 12 ans -alors qu’il ne parlait pas Espagnol- de « monter » à la ville de Oaxaca pour chercher une meilleure condition. Il y fera la rencontre d’un prêtre franciscain qui, se rendant compte de l’intelligence du garçon, va l’inscrire au séminaire. Juárez préfèrera le droit et on le retrouve à 41 ans gouverneur de l’état de Oaxaca, puis 10 ans plus tard président de la république.

Benito Pablo Juárez García

Revenons à notre intervention française. Juárez se rend vite compte que les Français ne veulent pas négocier. Leur but est bel et bien de le renverser. Au fur et à mesure de l’avancée des troupes ennemies, Juárez va déplacer son gouvernement de plus en plus au Nord, refusant ainsi de reconnaître l’empereur Maximilien. Les Français iront jusqu’à prendre la ville de Chihuahua, obligeant Juárez à se réfugier à la frontière dans le village de Paso del Norte (moins de 10 000 habitants !). Juárez cependant refusera de quitter le sol Mexicain.

Juárez restera environ 1 an à Paso del Norte, période pendant laquelle la France va commencer à retirer ses troupes du Mexique. Il y a plusieurs raisons à cela. D’abord, Maximilien considère le pays « pacifié ». Certains pensent même que Juárez a fuit aux États-Unis. Ensuite la guerre de Sécession vient de se terminer aux États-Unis, laissant au voisin du Nord la possibilité de faire pression sur la France. Mais surtout, la Prusse vient d’écraser l’Autriche et est en train d’unifier les différentes principautés de l’empire germanique. La menace est telle que la France a besoin de toutes ses troupes sur son sol…

Et c’est ainsi que Juárez va reconquérir le Mexique en 2 ans à peine. Maximilien sera fusillé le 19 juin 1867. Juárez ne survivra pas longtemps à sa victoire : il meurt d’une angine de poitrine en 1872.

En mémoire du séjour présidentiel à Paso del Norte (qui fut donc capitale du Mexique), séjour qui sauva la république, Paso del Norte change de nom officiellement en 1885 et s’appelle désormais Ciudad Juárez !

Et c’est bien la faute des Français 🙂

Share