Canicule!

Une importante et persistante vague de chaleur semble s’être abattue sur la France. Comment? 37°C à Tours, 38°C à Paris? Effectivement, ce sont des niveaux rarement atteints dans les climats tempérés. Si ça peut vous rafraîchir un peu, ici on dépasse allègrement les 40°C tous les jours. Et ce n’est pas juste une vague de chaleur. La minimale demain? 29°C à 6 heures du matin. Et 44°C à 17h… à l’ombre. Autant vous dire qu’on ne reste pas trop longtemps au soleil. Il est 23h et il fait toujours 33°C.

Difficile de dormir dans ces conditions. Les systèmes de rafraîchissement les plus courants (et dont est dotée notre maison) est à base de carton fort ou de paille mouillée. On fait passer un fort courant d’air à travers ce dispositif pour obtenir ainsi une sensation de fraîcheur due en fait à l’humidité. Mais si l’air entrant est trop chaud, la sensation de fraîcheur n’est guère satisfaisante…

C’était donc la guerre ce soir pour faire dormir tout le petit monde, d’autant que la tétine d’Antoine était introuvable. On a bien des tétines de rechange, mais Monsieur a ses standards et refuse les Ersatz. Bref, après des passages de lits en lits et de chambres en chambres, Chloé a fini par s’endormir, mais pas les deux autres. Il était 22h30 quand je me retrouve allongé sur le canapé du salon avec les deux compères, bien décidés à ne pas dormir. J’arrive un bref instant à les calmer, mais bientôt Antoine se remet à pleurer. J’essaie pour la énième fois de lui expliquer qu’on ne retrouve pas sa tétine et qu’on la cherchera demain quand Frida se lève d’un coup. Prêt à m’énerver si elle voulait à nouveau changer de couchage, je barre la route de l’escalier. Mais elle se dirige vers la cuisine.

– Qu’est-ce que tu fais Frida?
– Je vais chercher la tétine d’Antoine!
Évidemment Antoine et moi accourrons à la cuisine. J’allume la lumière. Frida a ouvert la poubelle.
Je répète ma question d’un ton incrédule :
– Qu’est-ce que tu fais Frida?
– Je vais chercher la tétine d’Antoine dans la poubelle!
Là je me dis: « C’est pas possible! » Mais une autre petite voix, celle de l’expérience des 3 dernières années, me susurre : « Si, bien sûr, c’est complètement possible! »
Et je sors donc un nouveau sac et commence à vider la poubelle à la main, morceau par morceau. Je vous passe les détails (et non, je n’ai pas pris de photo). Je commence à me dire qu’effectivement, c’était idiot quand finalement apparaît la fameuse tétine!
Mais quelle mouche a bien pu piquer Frida ce matin? Jalousie? Jeu? Défi? Vengeance?
En tous cas, heureusement qu’elle a finit par dévoiler sa cachette avant le passage des éboueurs!…

Voilà, il est 00h30, la température se maintient à 33°C… Deux petites remarques avant d’aller se coucher :

  1. Lorsque j’insère une photo dans un article, elle s’affiche en miniature pour accélérer le chargement et ne pas gêner la lecture. Mais vous pouvez cliquer dessus pour la visualiser à la taille originale.
  2. Pourquoi je vous dis ça maintenant? Il y a 3 photos « cachées » dans cet article. Pour les voir, il vous faut avoir un compte sur le site et être connecté… Dîtes-moi si ça marche!
Share

Une après-midi avec des étrangers

Avant de commencer, un petit truc pour toujours savoir facilement s’il y a un nouvel article dans mon blog : utilisez le flux RSS! Mais c’est quoi dont? C’est une adresse spéciale qui va permettre à votre navigateur de savoir rapidement s’il y a un nouveau contenu dans le site cible. Firefox permet de les suivre de manière assez pratique (Edge, le nouveau navigateur de Microsoft semble les ignorer complètement. Je ne connais pas Google Chrome mais il semble qu’il faille installer une extension dédiée. Même chose sur les téléphones : il faudra utiliser une application spéciale). Avec Firefox donc, cliquez sur « Flux RSS des articles » dans la colonne de droite. Une page d’aspect barbare s’affiche. Ne vous inquiétez pas. Vérifiez que l’option « marque-pages dynamiques » en haut est sélectionnée et cliquez sur « s’abonner maintenant ». Choisissez ensuite le dossier « barre personnelle » et le tour est joué! Vous verrez apparaître sous la barre d’adresse une icône « Le retour de Panchoa ». En cliquant dessus, vous aurez la liste des derniers articles publiés. S’il y en a un nouveau, il sera en surbrillance et vous pourrez cliquer dessus pour un accès immédiat. Voilà, en un clic vous savez s’il y a du nouveau et en deux, vous êtes sur la page! C’est-y pas beau ça?

Bon, mais revenons à notre titre. Ce WE avait lieu à Juárez une « après-midi avec des étrangers », première édition. Quel est le concept? L’événement était organisé par l’association ♥jrz. Cette association créée il y a quelques années a pour but de promouvoir l’image de Juárez au sein de la ville même et au-delà à travers le Mexique et le monde entier. Et qui de mieux pour promouvoir l’image de Juárez dans le monde que de s’adresser aux étrangers vivant dans la ville? Une vingtaine de nationalités ont répondu à l’appel, une bonne moitié d’Amérique latine bien sûr, mais il y avait aussi entre autre des Italiens, des Ukrainiens, des Kirghizes (j’avoue, j’ai dû le chercher dans Wikipédia celui-là), des Nigérians, des Kényans, des Philippins… Et bien sûr la France était bien représentée avec votre serviteur. Chacun avait un petit stand où l’on pouvait proposer quelques dégustations et présenter son pays. Nous (nous étions 2 Français) avions des crêpes, de la quiche et du brie. Classique, mais efficace, tout est parti en un éclair!

L’événement a été un succès, environ 1 500 personnes nous ont visité en 3 heures (Ça fait quand même près d’une personne toutes les 7 secondes!). Vous avez peut-être vu passer quelques photos et vidéos sur Facebook (sinon allez voir sur la page Facebook de ♥jrz et recherchez les mentions « tarde con extranjeros »).

Les Mexicains sont très curieux et toujours intéressés de connaître d’autres personnes, d’autres cultures. J’ai eu de très intéressantes conversations parfois. Il y avait aussi ce monsieur qui me montrait avec fierté son nom sur sa carte d’identité : Fournier. Et de m’expliquer que son grand-père d’origine française lui avait bien expliqué que « le ‘r’ final ne se prononce pas »… Le premier objectif de « faire mieux connaître Juárez à ses propres habitants » a donc été rempli: Juárez est une ville cosmopolite et ses afflux d’étrangers du monde entier venus travailler dans les maquiladoras l’ont aussi en partie façonnée. Maintenant vient le deuxième objectif: faire connaître Juárez dans le monde sous un angle positif, ce qui est malheureusement rarement le cas dans les médias. C’est le but de cet article et de ce blog!
Tarde con extranjeros

Share